Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2021 1 12 /07 /juillet /2021 07:40

 

.

 

 

 

Deux poissons discutaient.

Sortir de sa zone de confort

 

" Chaque année, les quelques lecteurs de son  blog voient revenir les mêmes photos… les mêmes rivières ou plans d’eau avec les mêmes techniques" affirmait le poisson orange....

 

- "C’est normal, il pêche dans un rayon à deux heures de chez lui.

Il utilise les mêmes mouches, celles qui ont fonctionné auparavant" lui répondit le poisson jaune...

 

- En fait, il n’aime pas sortir de sa zone de confort !

 

Je vais te raconter deux anecdotes mais tu ne les dis à personne !

 

Il y a quelques jours, il est allé pêcher, avec un ami.

D’abord, une petite rivière de montagne avec des eaux rapides

Sortir de sa zone de confort

 

Au bout de trois heures de pêche, ils se sont retrouvés pour le casse-croute.

- « Alors combien ? »

-  Son ami lui répond : « Vingt six…  et toi ?»

- « J’en ai fait une. »

 

- Son ami :

«  Prends une de mes mouches…

Ton bas de ligne est deux fois trop long…

Je vais rester avec toi tant que tu n’auras pas pris une truite… »

 

T’imagines la tronche qu’il a fait… le « globe trotter ».

Sortir de sa zone de confort

 

A peine posée la mouche est gobée. Raté au ferrage.  

A peine croyable, la rivière lui semblait vide et il manque cinq gobages consécutifs en quelques mètres.

 

Son ami :

- « Pose deux mètres devant toi et tend immédiatement ton bas de ligne, canne haute, comme tu ferais en nymphe pour suivre la dérive ». 

Et là le miracle…les prises se sont enchaînées.

Sortir de sa zone de confort

 

Deuxième anecdote.

Au cours de ce même voyage, ils se sont arrêtés sur la Dordogne pour un coup du soir.

Des gobages sur un bras avec un courant assez lent.  Il prend rapidement, en sèche, deux ombrets et cinq farios.  Cette portion de rivière correspond pleinement à sa technique.

Puis ils remontent sur le bras principal.

 

Là, un grand courant qui s’accélère avant un radier et ses eaux turbulentes.

Pas un gobage, il attend une éclosion sur le lisse en amont.

 

Son compagnon descend dans le courant et prend en nymphe lourde (roulette) quatre ombres.

Lui, il attend, car dit-il, il n’aime pas la roulette… En fait, il n’a jamais persévéré dans cette technique qu’il ne maîtrise pas.

Du coup quand cela ne gobe pas, il attend…ou pêche l’eau, c’est à dire rien.

 

Coup de chance, des petites éphémères dérivent sur l’eau devant lui.

Des gobages, d’ombres de bonne taille…

Refus, ferrage dans le vide… Pas un poisson pris malgré l’activité.

 

Son ami le rejoint. 

« Pose ton bas de ligne en paquet pour retarder le dragage .

Attends que l’ombre redescende après avoir pris la mouche avant de « ferrer ».

Attend, je vais te montrer…

Deux ombres en cinq minutes.

La mouche, un CDC sur hameçon de 18 est très dépouillée.

 

 

Sortir de sa zone de confort

Les miennes, ont souvent trop de matériaux…

Demain, j’irai pêcher seul, afin d’éviter les comparaisons, dans ma zone de confort. 

Et je prendrai des poissons.

Sortir de sa zone de confort
Partager cet article
Repost0
Published by Dan63